Cosmétique: les produits de base

Les huiles essentielles

Aaaah, les huiles essentielles…le B.A.-BA!

Avec les vagues d’information que l’on reçoit au quotidien sur les bienfaits du naturel et du biologique, de plus en plus de personnes s’en remettent aux huiles essentielles. Un choix judicieux pour autant qu’il soit réfléchi.

Procédé de fabrication

Concrètement, les huiles essentielles sont fabriquées à partir de différentes parties de végétaux: feuilles, fleurs, écorce, bois, zeste, graines, baies, fruits, etc. Chaque huile essentielle possède ses propres caractéristiques et précautions d’emploi. Elles se diluent uniquement dans l’alcool et les corps gras, pas dans l’eau. Dans les grandes lignes, on peut extraire l’huile essentielle de la plante via trois principaux procédés: la distillation, l’expression et l’extraction par solvant.

  • La distillation consiste à soumettre la partie de plante à de la vapeur d’eau. La chaleur va faire en sorte que la plante dégage toute son essence, qui sera alors condensée et récupérée sous forme d’huile.
  • L’expression consiste à presser la plante pour en sortir son jus
  • L’extraction par solvant consiste à dissourde la plante dans un liquide (appelé solvant) volatile, comme de l’alcool. Le résultat obtenu s’appelle « absolu de… » et non huile essentielle. Il est utilisé en parfumerie et non pour se soigner.

Dangers des huiles essentielles

Ce n’est pas parce que les huiles essentielles sont « naturelles » qu’elles sont sans danger, bien au contraire. Une utilisation inappropriée peut mener à des allergies, des intoxications et de graves brûlures. Il faut donc les utiliser avec autant de précaution qu’un médicament. Quand on te prescrit 1 cachet par jour, tu n’en prends pas 2, tu en prends 1, point. Avec les HE, c’est pareil: une goutte c’est une goutte, pas plus. Certaines HE (pas toutes) sont toxiques pour l’environnement, les animaux de compagnie, les femmes enceintes, les femmes allaitanes, les enfants, et/ou les bébés. Quand on sait ça, c’est quand même étonnant qu’on puisse acheter les HE comme on achèterait du chocolat non? Et les vendeurs ne sont pas toujours formés pour renseigner sur les précautions d’emploi et les doses à prendre, ça peut mener à des catastrophes:

L’huile essentielle de pamplemousse apaise les ballonnements lors d’une digestion difficile. Par contre elle augmente les effets de plusieurs médicaments. Exit si tu as des problèmes de thyroïde par exemple.
L’huile essentielle de millepertuis peut s’utiliser le soir comme aide pour dormir. Par contre elle diminue les effets de plusieurs médicaments. Délicats si tu prends la pilule en même temps.
L’huile essentielle de citron peut s’utiliser dans des crèmes pour peaux à problèmes. Par contre, elle est photosensibilisante et peut laisser des taches indélibiles sur ta peau si tu vas au soleil après avoir mis la crème.

Les effets positifs des HE

Je t’ai foutu les jetons hein? Tracasse, lorsqu’elles sont utilisées correctement, les HE sont d’une redoutable efficacité et permettent de se passer de médicaments pour les maux du quotidien, et même certaines maladies plus embêtantes (sous suivi d’un spécialiste!). Les HE sont des antiseptiques naturels qui ont tous les avantages, mais sans les inconvénients, des antibiotiques produits chimiquement. Elles ne provoquent pas de résistance (certains antibiotiques sont tellement/mal utilisés que les bactéries y deviennent progressivement insensibles) et elles peuvent être utilisées pour lutter contre les bactéries (bronchite, sinusite, etc.) ET les virus (grippe, rhume, etc.) contrairement aux antibiotiques qui ne s’utilisent que contre les bactéries. Personnellement j’utilise surtout l’arbre à thé, le citron vert, la menthe poivrée, le palmarosa et l’ylang-ylang.

Précautions d’emploi

  • Conserve toujours les HE au frais et à l’abris de la lumière: une fois soumises à la lumière, certaines HE se dégradent et provoquent des réactions allergiques.
  • Evite de les chauffer, ça les dénature et elles perdent leurs effets. Attends toujours que la préparation refroidisse avant de les ajouter.
  • Si tu as fait tomber tout un flacon d’huile sur toi, essuie d’abord le surplus avec un chiffon, puis applique une grande quantité d’huile végétale.
  • Si tu as avalé trop de HE (tout un flacon par exemple), c’est le centre antipoison direct!
  • Si tu as reçu de l’huile essentielle dans l’oeil, mets un tout petit peu d’huile d’amande douce dans l’oeil afin de diluer l’huile essentielle. Si tu as encore mal après quelques minutes, va direct chez le médecin.

Précautions d’achat

Comme pour tout autre produit fabriqué en grande quantité, on peut trouver de tout sur le marché, du meilleur au pire. Certaines sont diluées dans des corps gras ou mixées avec d’autres huiles essentielles de qualité moindre, d’autes sont carrément synthétiques – leurs effets n’ont jamais été testés! Les huiles essentielles de très bonne qualité sont chères, pas moyen d’y couper. Les huiles plus rares, comme l’huile essentielle de rose, sont plus chères, c’est normal. N’achète pas lorsque le prix est trop beau pour être vrai, et fuis le flacon lorsqu’il contient les ingrédients « Ethylparaben », « BHT », « Oxybenzone-Benzopnone-3 », « polysorbate-20 » et tout arôme artificiel. Une HE est de bonne qualité si:

  • L’emballage mentionne le nom botanique de la plante (par exemple, Rosa damascena pour la rose);
  • L’emballage possède la mention « HEBBD »: Huile Essentielle Botaniquement et Biochimiquement Définie, garantie de contrôle et de traçabilité
  • L’huile est 100% naturelle et 100% totale: ne contient que les composants aromatiques de la plante, rien d’autre
  • L’huile est 100% pure: pas coupée avec de l’huile ou du solvant. Pour savoir si l’HE est diluée dans un corps gras, verse une goutte sur un bout de papier et attends. Normalement la goutte doit s’évaporer sans laisser de trace – s’il reste une tache de gras, c’est qu’elle est diluée, à éviter! (merci Elise pour le truc!)
  • Et, éventuellement, si l’huile est biologique. Une HE non biologique de bonne qualité aura les mêmes effets qu’une HE biologique. De plus, selon la Bible des huiles essentielles, une HE non biologique ne contiendra que très peu de pesticides, puisqu’elle est « 100% naturelle ». Ducoup, l’aspect biologique certifie surtout que l’HE a été fabriquée dans le respect de la plante et de l’environnement.

La cire d’abeille

Procédé de fabrication

Comme son nom l’indique, la cire d’abeille est fabriquée par les abeilles, notamment pour construire les alvéoles de la ruche ou pour boucher les alvéoles lorsqu’elles sont remplies de miel. Pour produire la cire, les abeilles se nourrissent de pollen ET de leur propre miel (d’où la nécessité de ne pas leur voler toute leur production – ça serait un débat intéressant ça!). La cire n’est donc pas un élément que l’abeille trouve dans la nature, elle la fabrique elle-même: elle sécrète d’abord une toute petite écaille de cire sous son corps, puis y ajoute des substances salivaires qui rend la cire maléable. Pour produire 1kg de cire, il faut plus d’un million d’écailles de cire vierge. Gare au gaspillage!

Cire jaune ou cire blanche?

Apparemment, la cire la plus pure est blanche, mais avec le temps elle jaunit à cause du pollen. Parfois la couleur de la cire peut avoir de l’importance (lorsqu’on cire ses chaussures ou ses meubles par exemple), mais dans la grande majorité des cas, on va pas se cacher: blanche ou jaune, c’est kif kif. Je dis ça car la cire blanche c’est souvent:

  • De la cire jaune qui a été blanchie chimiquement (bof donc), ou
  • De la nouvelle cire, dont les abeilles ont besoin pour leur ruche.

 
Idéalement, une cire « éthique » proviendra du recyclage naturel des rayons usagés qui ne sont plus utilisés par les abeilles. Pour blanchir la cire écologiquement et économiquement, il suffit de la laisser au soleil et à l’air libre.

La cire d’abeille en cosmétique

Elle est très pratique car elle fond à 64°C et non à 25°C comme l’huile de coco, c’est pas mal pour les cosmétiques d’été. La cire d’abeille ne se dilue pas dans l’eau et est fortement occlusive et donc, hydratante. Si cela t’intéresse, j’explique en détail ici ce que « hydratation » et « occlusif » signifient. En résumé, un ingrédient occlusif va empêcher l’eau de sortir de ta peau, qui va donc être très bien hydratée. L’inconvénient, c’est que ça empêche aussi ta peau de respirer, accessoirement. Attention donc à utiliser la cire d’abeille avec parcimonie, surtout en été lorsqu’on transpire beaucoup. La transpiration est un processus naturel d’élimination de ce qui est mauvais dans ton corps: l’empêcher de transpirer c’est comme t’empêcher d’aller aux toilettes. Y’a un moment où…je te laisse imaginer.

Les bienfaits de la cire d’abeille

  • Emolliente: elle détend les tissus de la peau
  • Hydratante et protectrice (contre le froid, le vent)
  • Anti-inflammatoire et cicatrisante
  • Hydrophobe et antibactérienne
  • Stabilisante dans les émulsions
  • Epaississante dans les baumes et crèmes
  • Durcissante dans les savons

Le bicarbonate de soude

J’en ai entendu parler à toutes les sauces comme étant ze produit miracle: un produit non seulement efficace pour laver toute la maison, mais aussi bon pour l’environnement. Dur d’y croire, pas vrai? Le bicarbonate est soluble dans l’eau et de par sa nature chimique basique, il régule l’acidité des océans, eux-mêmes acidifiés à cause de la pollution. Il est également très stable et très peu allergisant. Non non tu ne rêves pas: il existe bien un produit qui nettoie tout, qui est non-toxique et qui ne coûte presque rien.

Le bicar est créé grâce au procédé Solvay: on crée d’abord le carbonate de sodium (ou cristaux de soude) à partir de sel et de craie. Puis au contact de l’eau et de CO2, le carbonate de sodium réagit et précipite sous forme de poudre, le bicarbonate de soude. L’utilisation du bicarbonate est neutre en CO2 car la réaction en consomme lors de sa création et en rejette lors d’interactions avec de l’acide (l’eau des océans, le vinaigre, etc.). Par contre, l’extraction de sel et de craie utilisés pour le produire cause des dégâts environnementaux: modifications du paysage, émissions de poussières dans l’air et de métaux lourds dans l’eau, consommation d’énergies fossiles et j’en passe. Cependant, comparé aux conséquences environnementales des crasses qu’on trouve au supermarché, le bicarbonate est un petit ange inoffensif, donc pas d’excuse de ne pas en avoir chez soi! Attention, il existe plusieurs types de bicarbonate dont le bicarbonate alimentaire et le bicarbonate technique. Ce dernier a une pureté moins élevée et est impropre à la consommation! Veille bien à toujours acheter du bicarbonate alimentaire. En général c’est noté sur l’emballage.

Les bienfaits du bicarbonate de soude

  • Anticalcaire/antitartre (ex: pommeaux de douche, vitre de douche, dents)
  • Fongicide (ex: champi sur les murs)
  • Abrasif doux et exfoliant (ex: taques de cuisson, peau)
  • Désodorisant (ex: avant/pendant/après ton sport, enlève les odeurs du frigo)
  • Agent levant (ex: gâteaux)
  • Antiacide (ex: mal d’estomac)
  • Nettoyant (ex: légumes plein de pesticides)
  • Hypoallergénique (provoque peu de réactions allergiques)

Le beurre de karité

Le karité est un arbre qui pousse principalement en Afrique. Le fruit du karité ressemble à un avocat et contient une pulpe sucrée comestible. C’est le noyau de ce fruit qui, par pression mécanique, donne le beurre de karité. Il faut 15 ans au karité pour donner ses premiers fruits, et il faut 20kg de fruits frais pour 1,5kg de beurre de karité. Selon wikipédia, le karité serait une espèce menacée dans certains pays d’Afrique. De plus, la récolte des fruits et des noyaux est difficile et sujette aux abus (coupes intensives, vols, etc.). Le beurre de karité est donc un bien précieux qu’il ne faut pas gaspiller! Chez nous on l’utilise principalement en cosmétique, mais en Afrique, il est aussi utilisé comme substitut au beurre de cacao pour fabriquer le chocolat.

Le beurre de karité est particulièrement réparateur et apaisant par rapport aux autres beurres végétaux. On priviligiera ce beurre sur les peaux souvent lavées, rasées, épilées, ou bien très sèches. Le beurre de karité est occlusif, ce qui veut dire qu’il bouche les pores de la peau: à utiliser seulement sur des zones qui ne transpirent pas beaucoup.

Les bienfaits du beurre de karité

  • Riche en vitamines A et E, antioxydants
  • Apaisante, calmante, soulageante pour les peau tiraillées
  • Hydratante, nourissante (peau, cheveux)
  • Regénérante: redonne de l’élasticité à la peau

L’huile de coco

L’huile de coco, aussi appelée huile de coprah, est souvent présentée comme une huile miracle. En cuisine, certaines personnes préfèrent l’huile de coco à l’huile d’olive car (1) elle ne libère pas de composés toxiques lorsqu’elle est chauffée, et (2) elle est pauvre en protéines, vitamines et minéraux. C’est donc moins de gâchis de brûler une huile qui a une faible valeur nutritive. En cosmétique, l’huile de coco est appréciée pour ses vertus antibactériennes et hydratantes. Elle est solide en-dessous de 25°C et peut donc être utilisée comme solidifiant en hivers (en été c’est un peu la cata). Enfin, plus généralement, l’huile de coco s’utilise dans toute la maison pour nourrir les meubles, huiler les portes, etc.

Une huile vraiment géniale? Ça dépend.

Quand je tape « huile de coco » sur un moteur de recherche, je ne trouve que des sites vantant ses bienfaits. L’apologie de cette huile nous pousse à croire qu’elle est tout simplement miraculeuse et peut s’utiliser partout, en tout temps, sans aucune restriction. Quand je me suis renseignée pour la première fois sur cette huile, j’ai eu envie de foutre à la poubelle tous mes produits et de les remplacer par un pot d’huile de coco de 10kg (je suis sûre que je ne suis pas la seule). Ce n’est pas la meilleure chose à faire, parce que:

  • Les extrêmes ne sont jamais bons: en cuisine, une consommation abusive de huile de coco augmenterait significativement le cholestérol. En cosmétique, l’utilisation abusive de cette huile peut former des boutons car elle est réputée pour être comédogène (comprendre: qui bouche les pores de la peau).
  • La noix de coco pousse loin de chez nous et peut être remplacée par des huiles plus locales.
  • Un produit peut être miraculeux-tout-ce-que-tu-veux, il doit toujours être récolté, produit, transformé, à l’aide de matières premières et de main d’oeuvre, et cela peut mener à des dérives catastrophiques si on ne fait pas attention. Dans le cas de l’huile de coco, j’ai souvent lu que les fruits étaient récoltés par des singes ou enfants esclaves. Info ou intox? Dans le doute on privilégiera les marques avec un label cruelty-free ou vegan. Petit aperçu des logos qui existent en la matière (lire galasblog en sources pour plus d’explications sur chaque logo):

Conclusion: les dérives, ça existe partout, pour tout, et c’est rare de pouvoir gagner sur tous les tableaux. Ce qui aide, c’est d’utiliser un max de produits fabriqués près de chez toi et de les utiliser avec parcimonie. Changer le monde ne revient pas seulement à changer de type de produit, mais aussi changer son comportement d’achat et d’utilisation. Idéalement, l’huile de coco s’achète cruelty free, biologique, vierge, 100% première pression à froid et non hydrogénée (= pas de chauffage ni d’ajout de produits chimiques pour blanchir et neutraliser l’odeur), et s’utilise modérément.

Le savon de Marseille

Le savon de Marseille c’est avant tout un savon, donc, ça lave (sérieux??). Mais il sera surtout très utile pour son caractère moussant, qui aidera le produit à se diluer et qui donnera l’impression que ça lave mieux. On sait tous que la mousse n’aide pas le savon à mieux laver, pourtant quand ça ne mousse pas, on rajoute 3 fois plus de produit. Ose me dire que tu n’as jamais fait ça. Les produits industriels sont remplis d’agents qui moussent 10x plus que le savon de Marseille – va falloir s’habituer à utiliser des produits qui moussent moins! Malheureusement pour les honnêtes artisans et pour nous, le savon de Marseille n’est pas une appellation d’origine contrôlée. Ça veut dire que n’importe qui peut appeler n’importe quoi (ou à peu près) du savon de Marseille. Beaucoup de gens achètent en toute bonne conscience un savon qu’ils pensent écologique et éthique, qui s’avère être en fait une grosse cochonnerie.

Caractéristiques du vrai savon de Marseille

  • Fait à partir d’huile d’olive et de soude caustique: la soude caustique est très irritante pour la peau mais elle réagit avec un corps gras (souvent de l’huile) lors de la fabrication du savon. Une fois que la réaction chimique est « complète », toute la soude a réagi avec le corps gras et le savon est prêt à être utilisé.
  • Écologique: biodégradable, sans colorant, sans conservateur, sans parfum, sans composés issus de l’industrie chimique
  • A la coupe ou en vrac: sans emballage plastique
  • Saponifié à chaud ou à froid: la différence réside dans le chauffage du produit. Les deux techniques ont leurs points forts et leurs points faibles. La saponification à chaud est bien plus rentable, car il y a moins de manipulations et le temps entre la fabrication et la vente est plus court. La saponification à froid est bien plus écologique car elle ne nécessite aucun chauffage et ainsi, les huiles utilisées ne sont pas dénaturées (pour conserver toutes les bonnes choses qui se trouvent dans les huiles végétales et les huiles essentielles, il faut éviter au maximum de les chauffer). L’inconvénient, c’est qu’un savon produit à l’instant T ne pourra être vendu que 4 mois plus tard! (+ d’explications dans l’article dédié à la création de savon).
  • Moulé artisanalement: le savon a souvent une forme de cube et porte une empreinte sur toutes ses faces.
  • Ne produit pas autant de mousse qu’un savon industriel: va falloir s’y habituer!

 
Je dois l’avouer, le « vrai » savon de Marseille coûte assez cher. Si on ne veut pas investir tout de suite, on peut se tourner vers son équivalent moins cher: le savon d’Alep. Ce savon est fabriqué dans la ville du même nom et contient de l’huile de baie ou de feuilles de laurier en plus de l’huile d’olive. Son prix moins élevé s’explique par le fait qu’il vient d’un pays où le niveau de vie n’est pas identique au nôtre. Pour éviter le transport, il est tout de même mieux d’acheter un article qui a été fabriqué près de chez nous.

Ingrédients à privilégier

  • Sodium olivate: huile d’olive
  • Laurus Nobilis Fruit Oil: huile de laurier
  • Aqua: eau
  • Sodium chloride: sel
  • Sodium hydroxyde: soude caustique

La conservation des huiles et beurres végétaux

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, les huiles et les beurres n’ont pas une durée de vie illimitée et peuvent même devenir toxiques à long terme. Certains facteurs comme l’oxygène, la lumière, le contact avec certains métaux, la chaleur, etc. vont accélérer le phénomène de rancissement. A contrario d’autres facteurs vont le ralentir, comme la vitamine E. Heureusement pour nous on peut facilement détecter si l’huile ou le beurre n’est plus bon: il aura une odeur rance et/ou une couleur différente. Les huiles et beurres ne sont pas tous égaux face au rancissement, certains sont plus fragiles que d’autres. On choisira donc son huile ou son beurre consciemment en fonction de son usage: pour un savon, l’huile doit absolument tenir plusieurs mois sans rancir; pour une crème que l’on utilisera rapidement, on peut utiliser une huile plus fragile. Les huiles fragiles doivent être conservées dans un flacon bien fermé, de préférence au réfrigérateur, à l’abris de l’air et de la lumière pendant max 6 à 8 mois après ouverture. Il faut essuyer le bord du flacon après chaque utilisation. Quand un chauffage est nécessaire, il faut impérativement chauffer doucement jusqu’à maximum 70°C. Par précaution, tu peux ajouter de la vitamine E ou de l’extrait CO2 de romarin BIO à l’huile avant le chauffage pour réduire le risque qu’elle ne se dégrade. Aromazone fournit ici une liste assez complète des huiles les plus utilisées. Pour ma part, j’utilise: l’amande douce, l’argan, la coco, le beurre de karité, l’olive, et le ricin, qui sont peu fragiles. Par contre l’huile de germes de blé et l’huile de tournesol, que j’utilise respectivement comme conservateur et comme huile de macération (huile de carotte par exemple) sont fragiles.

Sources

Sources des infos

  • Akossongo, T. J. (s.d.). Les coopératives de productrices de beurre de karité et leur rôle dans le financement des forêts au Burkina Faso. [Diaporama] Retrieved March 29, 2018 from http://www.un.org/esa/forests/wp-content/uploads/2014/12/AHEG2_WG1_BurkinaFaso.pdf
  • Aromazone. (s.d.). Beurre végétal de karité (sauvage). Retrieved March 29, 2018 from https://www.aroma-zone.com/info/fiche-technique/beurre-vegetal-karite-sauvage-aroma-zone
  • Aromazone. (s.d.). Cire d’abeille jaune bio. Retrieved March 14, 2018 from https://www.aroma-zone.com/info/fiche-technique/cire-abeille-jaune-bio-aroma-zone
  • Aromazone. (s.d.). Le potentiel oxydatif des huiles végétales. Retrieved April 12, 2018 from https://www.aroma-zone.com/info/dossier-thematique/le-potentiel-oxydatif-des-huiles-vegetales
  • Annabelle. (2012). La cire d’abeille, sans traitement chimique SVP ! Retrieved March 14, 2018 from https://www.consoglobe.com/cire-abeille-sans-traitement-chimique-cg
  • Centre Anti-Poisons. (s.d.) Les huiles essentielles sont-elles dangereuses? Retrieved February 22, 2018 from https://www.centreantipoisons.be/autre/les-huiles-essentielles-sont-elles-dangereuses
  • Dupuis, J.-M. (2014). Pourquoi cette folie de l’huile de noix de coco ? Retrieved February 22, 2018 from https://www.santenatureinnovation.com/pourquoi-cette-folie-de-lhuile-de-noix-de-coco/
  • Ecoconso. (s.d.). Remue-ménage. L’entretien au naturel: sain, facile et pas cher! [Fascicule d’information]. www.ecoconso.be
  • Elodie. (2015). Huiles essentielles, à la mode mais pas sans risque. Retrieved February 22, 2018 from https://science-environnement.com/modes-de-vie/huiles-essentielles-a-la-mode-mais-pas-sans-risque/
  • Fabrication d’huiles essentielles bio. (2007). France. En ligne https://www.youtube.com/watch?v=1tOCbZWO4cg
  • Festy, D. (2010). Ma bible des huiles essentielles (7è éd.). Paris: LEDUC.S Editions
  • Galasblog. (2014). Les labels cruelty free et vegan à privilégier. Retrieved February 22, 2018 from http://www.galasblog.com/les-labels-cruelty-free-et-vegan-a-privilegier/
  • La Catoire Fantasque. (s.d.). La cire. Retrieved March 14, 2018 from http://www.catoire-fantasque.be/animaux/abeille/cire/
  • Lefèvre, M., & Verbeken, H. (2017). J’arrête de surconsommer, Paris: Eyrolles.
  • Masson-Loodts, I. (2010). Bicarbonate mon amour… Retrieved September 9, 2017 from http://www.madamenature.be/themes/eco-consommation/bicarbonate-mon-amour%E2%80%A6
  • Pichon, J., & Moret, B. (2016). Famille presque zéro déchet, Vergèze, Thierry Souccar.
  • Prades, A. (s.d.). La filière cocotier, Retrieved February 22, 2018 from http://agritrop.cirad.fr/567913/1/document_567913.pdf
  • ReadersDigest. (s.d.) Huile de coco et bienfaits: plus de risques que de vertus santé? Retrieved February 22, 2018 from http://selection.readersdigest.ca/cuisine/nutrition/l-huile-de-coco-est-elle-sans-danger/
  • Rolat, Y., & Denis, E. (Réalisateurs). (2015). Secrets de fabrication des huiles essentielles. France: France 2. En ligne https://www.youtube.com/watch?v=lAwMJxjV4Rs
  • Sciencefourchette. (2017). Santé l’huile de noix de coco? Retrieved February 22, 2018 from http://sciencefourchette.com/huile-noix-coco
  • Pacchioni, I., Delaleu, I. (Eds.). (2016). 48 huiles essentielles indispensables pour se soigner autrement. Montrouge, France.
  • Wikipédia. (s.d.). Beurre de karité. Retrieved March 29, 2018 from https://fr.wikipedia.org/wiki/Beurre_de_karit%C3%A9
  • Wikipédia. (s.d.). Karité. Retrieved March 29, 2018 from https://fr.wikipedia.org/wiki/Karit%C3%A9

Sources des images

Laisse-moi un ptit mot doux

%d blogueurs aiment cette page :